Le fonds Hall-La Dépêche

Au-delà de ses missions de conservation et de transmission de la mémoire, le Musée départemental de la Résistance et de la Déportation est un lieu d'études et de recherches. Il possède des archives écrites ou figurées, notamment une collection de photographies provenant du quotidien régional La Dépêche. 

Un lot de plus de cinq cents clichés a en effet été acquis en 1965 par l'un des fondateurs du musée, Jean Naudy, directeur des archives du journal, lorsque près de 165 000 épreuves sont versées aux Archives départementales de la Haute-Garonne. Quand le Musée rentre dans ses murs en 1994, ces photographies en noir et blanc rejoignent la collection. Ce sont des images de l'actualité mondiale depuis les années trente jusqu'à la fin de la guerre. 

L'origine de la collection du Hall La Dépêche

Durant la période de l'entre-deux-guerres, La Dépêche est le quotidien régional de référence de la ville de Toulouse et de sa région. Il publie des informations locales, nationales et internationales. C’est une publication laïque, engagée pour la République, qui s’inscrit dans le mouvement de gauche radical socialiste. En 1926, alors qu’il est le directeur administratif du journal depuis 1909, Maurice Sarraut, sénateur radical de l'Aude, demande à l’architecte Léon Jaussely de réaliser les plans d’aménagement d'un hall commercial. Il est situé en rez-de-chaussée du 42 bis, rue d'Alsace-Lorraine, une des artères les plus fréquentées de Toulouse et inauguré en mai 1927. C'est un lieu de promotion pour le journal, équipé de toutes les innovations technologiques pour un système d’information en continu. Il permet au public d’accéder aux nouvelles du monde en dehors des heures de parution du journal.

En 1936, un auditorium de radiophonie est installé et transmet les émissions françaises et étrangères. La Dépêche émet aussi sur les ondes de Radio-Toulouse un bulletin d’information diffusé régulièrement. Dans ce lieu sont accrochées des photographies envoyées par des agences de presse nationales et mondiales. Depuis la première publication d'un cliché en quatrième de couverture le 30 octobre 1904, le journal La Dépêche, comme ses confrères de la presse quotidienne, introduit petit à petit la photographie dans ses pages. Il faut attendre les années 1928-1930 pour que cet usage soit réellement admis dans les journaux et même reconnu comme un élément qui "fait vendre". La photographie de reportage, de publicité et de mode connaît durant cette période un essor sans précédent. Les "faiseurs d'images" sont nombreux et les statuts différents. Certains sont indépendants et vendent directement leurs images, d’autres sont engagés par des journaux ou des agences photographiques qui couvrent l'actualité mondiale. Ces agences alimentent la presse sous forme d'abonnement : des tirages papier sont expédiés par voie postale ou transmis par bélinographe pour certains journaux, lorsqu’ils en sont équipés. De nombreuses agences photographiques sont installées à Paris durant l'entre-deux-guerres et la plupart alimentent La Dépêche.

La composition de la collection

Ce fonds comprend 518 images positives sur tirages papier. Elles sont dans un bon état, en ce sens qu'elles n'ont pas connu les détériorations habituelles d'une photographie de mauvaise qualité (altération des sels d'argent, jaunissement, craquelures, etc.). On trouve parfois, au recto de l'image la mention des fabricants du papier utilisé pour le tirage (Crumière, Guilleminot, As de Trèfle, Lumière). Dans l'histoire de la photographie, ces fabricants sont considérés comme les garants d'une production de qualité. La plupart des tirages sont des petits formats, 13 x 18 cm ou 10 x 15 cm, assez souvent retaillés. La collection compte quelques doublons, des images parfaitement identiques mais provenant d'agences différentes. Globalement, toutes les étapes menant au second conflit mondial sont représentées.

 

La période de l'entre-deux-guerres et la montée des fascismes en France (39 photographies),
en Europe et dans le monde (19 photographies) et plus particulièrement l'Allemagne nazie (85 photographies)
et l'Italie fasciste (71 photographies).

En Extrême-Orient, la guerre sino-japonaise - 40 photographies.

Les crises européennes - 89 photographies.

La Sarre (18),
L'annexion de l'Autriche (31),
Dantzig (7),
La Tchécoslovaquie (6),
Memel (4),
L'invasion de la Pologne et l'entrée dans la guerre (20),
Les pactes avant-guerre (3).

La "Drôle de guerre" - 56 photographies.

La France sous le gouvernement de Vichy - 15 photographies.

La mondialisation du conflit - 60 photographies.

Les combats pour la libération et la fin de la guerre - 30 photographies.

Télécharger la composition détaillée du fonds (10.7 KB)